src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

vendredi 27 janvier 2017

NOUVELLE ANNÉE - 2017 - BILAN 2016


Une nouvelle année qui commence,
promesse de
rencontres réelles et virtuelles,
coups de cœurs littéraires, musicales, cinématographiques,
couleurs que l'on découvre, sentiments cachés qui ressurgissent,
mots qui s'échappent de nos doigts, rêves qui naissent à l'aube,
quelques désillusions et quelques déceptions aussi, 
mais surtout,
de l'espoir, de la passion, et des lectures, encore et encore.

Je vous souhaite à tous une excellente année 2017 !


Avant d'entamer ces douze prochains mois (plus que onze à présent), j'aimerais revenir sur l'année 2016 en quelques mots et images.

En 2016, j'ai ouvert un nouveau visage du blog: la chaîne Youtube. 
6 interviews, 70 abonnés, et plus de 6000 vues.
Merci à tous ceux qui regardent mes interviews !
 Et un grand merci aux artistes, The Pirouettes, Baptiste Lecaplain, Timothée de Fombelle, Emmanuel Noblet entre autres, qui acceptent de me donner un peu de leur temps face à ma caméra !

  Si vous souhaitez découvrir ces vidéos: https://www.youtube.com/channel/UCPZMN1olmFFNgF7OVZVaEQw/featured

 -

En décembre, je suis allée au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse de Montreuil,
où j'ai rencontré de nombreux blogueurs et blogueuses, des éditeurs, et des auteurs évidemment ! 
Ce fut, comme chaque année, un week-end incroyablement riche en rencontres et en découvertes !
 J'ai pu rencontrer avec quelques blogueuses l'auteur Vincent Villeminot pour son roman Les Pluies, lors d'un petit-déjeuner de rêve: je remercie infiniment les éditions Fleurus pour cette rencontre !

J'ai d'ailleurs volé quelques minutes à 8 auteurs, pour leur poser des questions, entre deux dédicaces: un concentré de paroles de Marion Brunet, Arnaud Cathrine, Clémentine Beauvais, Victor Dixen, entres autres, que vous pourrez découvrir en vidéo dans peu de temps !

 Donc, restez connectés, ces interviews seront bientôt disponibles !

-

Pour finir, voici mon bilan lecture de l'année 2016:

J'ai lu 97 ouvrages, ce qui fait 20 929 pages lues en 12 mois.

Dix de ces lectures m'ont particulièrement marquées. 
Littérature jeunesse, contemporaine, ou classique; théâtre; ou bande-dessinée, ces œuvres vont plairont sûrement !


LA LANGUE DES BÊTES DE STÉPHANE SERVANT 
(éditions du Rouergue)



"Et c'est peut-être là qu'ils acquièrent leur vraie magie: quand nos propres mots nous submergent et font de nous des marionnettes de papier."
p. 245
Lien vers ma chronique 


PERSEPOLIS DE MARJANE SATRAPI
(éditions l'Association)






JOURNAL D'UN VAMPIRE EN PYJAMA DE MATHIAS MALZIEU
(éditions Albin Michel)



"La poésie est le dessert de l'esprit, l'humour en est le fruit."
p.221

Lien vers ma chronique


SONGE A LA DOUCEUR DE CLÉMENTINE BEAUVAIS 
(éditions Sarbacane)



Ce roman fait partie des sorties évènements de 2016: je lui ai d'ailleurs consacré une semaine en août, où j'ai chroniqué des romans qui ont inspiré Clémentine Beauvais pour Songe à la douceur.
(accéder à tous les articles "Inspirations littéraires de Clémentine Beauvais")

"Cette nuit, ces pensées sont la vérité même.
Or, pour une seule pensée,
être vraie même une seule fois,
même une seule nuit,
c'est déjà une prouesse."

p.68
Lien vers ma chronique


L’ÉCRITURE OU LA VIE DE JORGE SEMPRUN 
(éditions Folio)


"[…] il n’y a pas de mot en français pour saisir d’un seul trait la vie comme expérience d’elle-même. Il faut employer des périphrases. Ou alors utiliser le mot « vécu », qui est approximatif. Et contestable. C’est un mot fade et mou. D’abord et surtout, c’est passif, le vécu. Et puis c’est au passé. Mais l’expérience de la vie, que la vie fait d’elle-même, de soi-même en train de la vivre, c’est actif. Et c’est au présent, forcément. C’est-à-dire qu’elle se nourrit du passé pour se projeter dans l’avenir."


ANTIGONE DE JEAN ANOUILH
(éditions La petite vermillon)


"Marie-toi vite, Antigone, sois heureuse. La vie n'est pas ce que tu crois. C'est une eau que les jeunes gens laissent couler sans le savoir, entre leurs doigts ouverts. Ferme tes mains, ferme tes mains, vite. Retiens-la." 

Créon, p.91


CES RÊVES ÉTRANGES QUI TRAVERSENT MES NUITS DE STÉPHANIE LECLERC
(éditions L'école des loisirs)




"La réalité finit par nous rattraper, la bulle par éclater, et le monde finit toujours par tout dévorer. Pourquoi nos enfants seraient-ils heureux? Pourquoi réussiraient-ils là où nous avons échoué? On ne peut même pas le leur reprocher. On ne vaut pas mieux."
p.160

Lien vers ma chronique 


EUGÈNE ONÉGUINE DE POUCHKINE 
(éditions Actes Sud - Babel)

"Je serais triste de quitter Ce monde sans laisser de trace. Je n'écris pas pour qu'on me loue, Mais j'aimerais, comprenez-vous, Chanter mon sort et ma disgrâce, Et que mes vrais amis, les sons, Disent au monde ma façon."
XXXIX (p.89)

Lien vers ma chronique


RÉPARER LES VIVANTS DE MAYLIS DE KÉRANGAL 
(éditions Folio)



"[...] dans son bureau, au revers de la porte, il a scotché la photocopie d'une page de Platonov, pièce qu'il n'a jamais vue, jamais lue, mais ce fragment de dialogue entre Voïnitzev et Triletzki, récolté dans un journal qui traînait au Lavomatic, l'avait fait tressaillir comme tressaille le gamin découvrant la fortune, un Dracaufeu dans un paquet de cartes Pokémon, un ticket d'or dans une tablette de chocolat. Que faire Nicolas? Enterrer les morts et réparer les vivants."

p.140



L’ÉCUME DES JOURS DE BORIS VIAN 
(éditions Le livre de Poche)



"A l'endroit où les fleuves se jettent dans la mer, il se forme une barre difficile à franchir, et de grands remous écumeux où dansent les épaves. Entre la nuit du dehors et la lumière de la lampe, les souvenirs refluaient de l'obscurité, se heurtaient à la clarté et, tantôt immergés, tantôt apparents, montraient leur ventre blanc et leur dos argenté."
p.174

 Lien vers ma chronique


  JE VOUS SOUHAITE UNE EXCELLENTE ANNÉE ET DE MERVEILLEUSES LECTURES !

dimanche 8 janvier 2017

En grève ! de Mathieu Pierloot

"J'ai subitement eu envie de musique. Le Nizan me tombait des mains, et le silence me donnait envie de hurler. J'ai cherché un truc potable dans l'ordinateur de Mehdi. En parcourant son disque dur, j'ai une nouvelle fois été frappé par sa propension à écouter de la merde. Je suis tombé par hasard sur The Lone Gunman d'Idaho, un petit bijou de rock dépressif que peu de gens connaissaient, une sorte de secret bien gardé comme il en existe des milliers dans l'histoire de la musique."

p.71

En grève ! de Mathieu Pierloot
sortie en août 2016, éditions Ecole des Loisirs (Médium)
12,80 €, ISBN: 978-2-211-22816-9, 126 pages
Service de presse

Synopsis :

Branle-bas de combat : le gouvernement veut supprimer trois mille postes d’enseignants. Les professeurs se mettent en grève, les élèves se mobilisent. Pour organiser leur action, Antoine et ses amis se retrouvent au Potemkine, un café proche du lycée.
Il y a là Alice, la plus déterminée. Fred et Guillaume, à la manœuvre. Mehdi, qui pense surtout aux filles.
La jeune Charlotte, avec ses cheveux roses et sa candeur. Et Hannah, si belle et inaccessible.
Déterminé dans ses revendications mais en proie à des émotions contradictoires, Antoine doit maintenant confronter ses désirs à l’ordre des choses.

Mon avis :

Merci aux éditions L’école des loisirs pour cet envoi !

Écrit par un jeune enseignant de Bruxelles, Mathieu Pierloot, cet ouvrage d’une centaine de pages nous conte l’envie dévorante de vivre, d’aimer, de rêver son futur ; qui animent les lycéens d’aujourd’hui. 

A cause de la similitude des thèmes, j’ai très vite comparé ce roman avec Dans le désordre de Marion Brunet, (voir ma chronique de Dans le désordre :  http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/01/dans-le-desordre-de-marion-brunet.html). Ce n’est pas aussi grandiose et émouvant que cette perle de début 2016 des éditions Sarbacane, mais il n’empêche que je me suis retrouvée dans certains portraits de ces adolescents : c’est l’essentiel d’un bon roman !

Antoine, le narrateur, Mehdi, son meilleur ami, Alice, Hannah, Charlotte, ainsi que Fred et Guillaume constituent un groupe d’adolescents qui résiste à la suppression de 3000 postes d’enseignants de l’Education Nationale. Manifestations, réunions au café Potemkine enflammées, créations de slogans : leurs journées se remplissent pour faire face, pour contrer ce qui représente une menace pour leur avenir, pour faire entendre leurs voix.
Entre cigarettes et bières, amours lycéennes éphémères ou douloureusement cruelles, ce court roman interroge sur la nécessité de l’engagement à l’adolescence.

Réunis par la fureur de se battre, soudés par la situation à vif, ces lycéens accomplissent ensemble un parcours initiatique. Se frotter au danger quitte à se blesser, pour ressortir plus fort et plus mature.
J’ai apprécié les dialogues intelligents qui restent naturels, les références musicales, la fluidité des phrases, les personnages dont les contours s’affinent au fil des pages…

Je m’attendais à un texte plus vital, plus brûlant encore, mais je garde de ce roman un très bon souvenir.

A lire avec The lone gunman d’Idaho dans les oreilles : https://www.youtube.co/watch?v=dQ0pcf9zmBg&list=PLBt_YPGLCtpSv8YraAvXBGgoHmWh78OFE