src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

mercredi 28 septembre 2016

Le coeur est un muscle fragile de Brigitte Smadja

"Il y a de la sauvagerie qui les anime 
quelque chose de très grand, de très beau, un territoire absolument inconnu de l'un et de l'autre et qu'ils ont peur de bousiller en le piétinant trop vite, et qu'ils n'hésitent pas pourtant à parcourir, insatiables."

p.234

Le cœur est un muscle fragile de Brigitte Smadja
sortie en mai 2016, éditions l'Ecole des loisirs (Médium)
15,80 €, 254 pages, ISBN: 978-2-211-22809-1
Service de presse

Synopsis:

Simon Peretti, quinze ans et demi, photographe de nuages, amateur de hard métal, d’Erik Satie et d’Eminem, a des centaines d’amis sur Facebook depuis qu’il est devenu le type le plus populaire du lycée. Celui qui a réussi à conquérir la fille la plus mystérieuse du quartier, une terreur, une légende. Nul doute, on les a vus, on les a pris en photo.
Ils veulent tous la connaître, réclament à Simon leur dose d’images et de commentaires. Surtout Léonard et Nessim. Ne se connaissent-ils pas depuis toujours, ne sont-ils pas frères ? Simon refuse d’en dire davantage, protège une histoire qui n’appartient qu’à lui et à la fille qu’il vient de rencontrer. Bientôt, il parlera à ses amis d’enfance, mais pas maintenant.
Pourtant, il suffit d’un week-end pour que le monde de Simon Peretti s’effondre. Pour qu’il assiste, impuissant, à son lynchage numérique. Pire, Léonard et Nessim ne font rien pour arrêter ce carnage.
Comment en sont-ils arrivés là tous les trois et justement ce lundi où il s’apprêtait à leur présenter la fille qu’il aime le plus au monde ?

Mon avis:

Merci aux éditions L'école des loisirs pour cet envoi !

Ce roman résume et développe parfaitement la génération des adolescents, avec son lot de dérives, de grandeur d'âme, d'apprentissage maladroit, de beauté, de violence.
Je ne pense pas que les adolescents d'aujourd'hui soient si différents des adolescents d'hier, mais comme tout évolue, il faut bien que notre littérature évolue aussi. Alors le numérique prend de plus en plus de place, mais l'art, la culture intergénérationnelle et éternelle est un pilier qui reste immuable. 
En effet, les réseaux sociaux apportent un réconfort bien éphémère - comme on le constate avec le point de départ et d'arrivée de l'intrigue, un lynchage virtuel -, tandis que les morceaux d'Erik Satie qu'écoute Simon, ou encore les citations de L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera constituent un fil conducteur dans cet ouvrage.

Simon Peretti est un personnage singulier: il rejette ses parents, cherche de la reconnaissance chez les autres qu'il ne trouve pas toujours. L'intrigue part du fameux lynchage virtuel, avant de reprendre la vie de Simon de ses sept ans à ses quinze ans et demi. La construction d'un adolescent étape par étape.

Déconnectez-vous des réseaux sociaux, mettez en fond musical les Gymnopédies d'Erik Satie et levez les yeux.
Vous verrez toutes les nuances du ciel, la force et la douceur des nuages, l'immensité d'un ciel bleu, toutes les possibilités qu'ont la vie, l'amour, l'espoir de s'exprimer.
Voyez la vitesse à laquelle il change, notre ciel: voyez à quel point nos émotions et nos envies évoluent.
Vous y décèlerez la beauté la plus discrète et vous ne pourrez vous en détacher: c'est cette chape inconstante qui nous protège et nous blesse, et c'est en la comprenant que l'on peut prendre de la hauteur.

Voilà le message du roman Le coeur est un muscle fragile, voilà jusqu'où nous portent les mots de Brigitte Smadja.

jeudi 15 septembre 2016

Le ciel est la limite d'Anne Lanoë

"Pourrait-elle comprendre le vertige qui m'a pris?
Cette peur de retomber en aimant? D'être blessé par les blessures de l'autre?"

p.112

Le ciel est la limite d'Anne Lanoë
sortie en mars 2016, éditions Fleurus
13,90 €, 253 pages, ISBN: 978-2-2151-3022-2
Service de presse

Synopsis:

"Cela leur fait toujours le même effet. Ils pensent que je parlerai avec eux, qu'ils perceront la coquille. Et puis ils se vexent. S'énervent. Renoncent. Ne parlent plus. Comme moi.
Cela m'est venu il y a un an et huit mois. Six cent cinq jours de silence aujourd'hui. Et le temps passant, je ne vois plus de raison de me remettre à parler. Pour leur dire quoi au juste? C'est de ma faute ! Ils s'en foutent de la vérité. Alors se taire, c'est très bien. Bien sûr c'est dur pour eux. Cela a même rendu papa complètement dingue au début. Un soir, il m'a giflé de toutes ses forces puis il a pleuré en me suppliant de dire un mot.
-Pardon, pardon mon bonhomme. On a fait comme on a pu. Tu étais dans le coma Samuel ! On a cru te perdre aussi; Mais je n'ai rien dit. Par peur de tout faire exploser."

Anne Lanoë a écrit de nombreux livres pour la jeunesse. Le ciel est la limite est son premier roman. Elle fait partie du groupe de rock Lili Brik.

Mon avis:

J'ai reçu et lu ce roman dans le cadre du jury Prix premier roman Je bouquine/Cultura.

Le ciel est la limite est le récit mouvementé d'un été à Rio, dans les favelas: Samuel, muet depuis la mort de sa mère, doit passer deux mois au Brésil pour un projet de jardin exotique, en compagnie d'adolescents français ayant eux aussi des problèmes psychologiques, ou familiaux.

Au milieu des couleurs chatoyantes de Rio, Samuel arrive avec son trop-plein de tristesse, de remords, d'angoisses. Peu à peu, les personnes qui l'entourent vont permettre à Samuel d'accomplir un chemin à lui-même, non sans encombres.

"Je suis le garçon coupé en deux, définitivement. Une tête pensante et un corps en suspens."

p. 201


J'ai apprécié le cheminement intime parcouru par Samuel pour accepter son passé, mais je pense que ce roman est trop fouillis, trop brouillon. Les personnages ne sont pas assez travaillés pour nous être vraiment agréables, les dialogues ne paraissent pas assez naturels et cela gâche le plaisir de la lecture.

J'ai effectivement quelques réticences concernant le style d'écriture, notamment les marques d'oralité dans les dialogues qui ne sont pas assez littéraires pour un roman, comme par exemple à la page 125, "Mais demain, retour à la normale si tu vois ce que je veux dire.". 
Des tournures de phrases presque familières, accentuées par un manque de ponctuation qui casse le ton du récit et le rend moins crédible.
Cependant, l'auteure écrit aussi des passages touchants, émouvants, qui nous font apercevoir les personnages plus doux et réels.

Anne Lanoë glisse de très nombreuses références musicales dans le récit, notamment à  Dominique A, Noir Désir, Alain Bashung. L'évocation de ces morceaux, souvent sombres, constitue un lien fort entre le passé tourmenté et le présent incertain de Samuel.



Anne Lanoë signe un premier roman lumineux, mélancolique, violent, mais dont le style ne m'a pas toujours convaincue.

jeudi 8 septembre 2016

Bilan du mois de l'été- Juillet & Août 2016

(Source: Tumblr)

L'été se termine, c'est à présent la rentrée. Un peu triste de quitter les plages, les aéroports et la tranquillité de cette parenthèse enchantée, mais c'est pour mieux commencer de nouvelles aventures !

Avant de se jeter tête la première dans les études, dernier coup d’œil en arrière sur les romans qui m'ont accompagnée cette été. Bonne lecture ! ♥

LECTURES DE JUILLET 
(cliquer sur les couvertures pour accéder aux chroniques)


http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/poemes-saturniens-de-paul-verlaine.htmlhttp://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/lola-et-la-machine-laver-le-temps-de.html


http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/eugene-oneguine-dalexandre-pouchkine.html


Romans non chroniqués: 
-Sur la route de Jack Kerouac
-Chroniques de San Francisco d'Armistead Maupin

LECTURES D'AOÛT 
(cliquer sur la couverture pour accéder aux chroniques)


http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/everything-everything-de-nicola-yoon.htmlhttp://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/poesies-darthur-rimbaud-inspirations.html


http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/sortie-evenement-songe-la-douceur-de.htmlhttp://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/the-weight-of-water-de-sarah-crossan.htmlhttp://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/08/lecume-des-jours-de-boris-vian.html



http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2016/09/le-choix-de-rudi-de-francoise-dargent.html
  

Abandon:


  
 Romans non chroniqués: 
  - Feuilles d'herbe de Walt Whitman
-Le coeur est un muscle fragile de Brigitte Smadja


AUTRES ARTICLES


  • Six chroniques sur les inspirations littéraires de Clémentine Beauvais, afin de préparer la sortie évènement de son nouveau roman Songe à la douceur.
(cliquer sur la bannière pour accéder à toutes les chroniques)


http://etincellesdeplume.blogspot.fr/search/label/Inspirations%20litt%C3%A9raires%20Cl%C3%A9mentine%20Beauvais


  • Mon compte-rendu du Festival d'Avignon: mes coups de cœur du OFF et du IN ! 
Lien de l'article cliquable
  • L'interview Youtube de l'humoriste Alex Vizorek au Festival d'Avignon (article ici)  

POUR BIEN COMMENCER LA RENTRÉE... 

Musique !

Je vous conseille le groupe de rock LA FEMME: leur second album Mystère est sorti le 2 septembre !




Théâtre !

(Matthieu Sampeur et Mélodie Richard)

La pièce "La mouette" de Tchekov, mise en scène par Thomas Ostermeier, est actuellement en tournée en France. Un documentaire d'Arte que j'ai trouvé très intéressant concernant les méthodes de travail de ce metteur en scène, est en ligne !
Voici le lien: http://concert.arte.tv/fr/documentaire-thomas-ostermeier-insatiable-theatre?language=en

Bonne rentrée à tous et à toutes !


lundi 5 septembre 2016

Murmures dans un mégaphone de Rachel Elliott

"Certaines questions prennent plus de place que d'autres.
Si on les mesure sur une certaine échelle, on se rend vite compte que les plus petites sont souvent les plus lourdes."

p.121 

Murmures dans un mégaphone de Rachel Elliott
sortie en avril 2016, éditions Rivages
21 €, 444 pages, ISBN: 978-2-7436-3621-0
Service de presse

Synopsis:

Murmures dans un mégaphone est un livre doté d'un superpouvoir: celui de transformer la mélancolie en fantaisie, la part sombre de chacun en tendre folie. Son héroïne, Miriam, ne sort plus de chez elle depuis trop longtemps. Mais, à trente-cinq ans, elle se sent enfin prête à faire entendre sa voix. Ralph, lui aussi, amorce sa révolution. Alors que sa femme, Sadie, répand sur les réseaux sociaux le désastre de leur mariage, il décide de s'enfuir... dans les bois.
Bien sûr, Miriam et Ralph vont se connaître, se reconnaître. Et tenter de prouver que les névrosés sont des amoureux comme les autres.
Ralliant la cause des doux dingues, dans les pas d'Aimee Bender ou de Michel Gondry, la romancière Rachel Elliott l'affirme haut et fort: l'humour et la rêverie peuvent changer nos vies, et peut-être le monde.

Mon avis:

Merci aux éditions Rivages pour cet envoi !
J'ai hésité avant de lire ce livre, n'ayant pas l'habitude des romans contemporains, centré sur des personnages adultes.
Mais j'ai eu tort de douter, car c'est une excellente lecture !
Dans les romans jeunesses que je lis en majorité, ce qui me fait apprécier ma lecture est l'inventivité de l'auteur, les questions existentielles ou non que se posent les protagonistes, le chemin spirituel qu'ils parcourent, une pointe de folie, de l'amour...
Eh bien, les romans d'initiation ne sont pas uniquement réservés aux adolescents: il me semble à présents que les adultes, quel que soit leur âge, qu'ils vivent seuls ou en couple, qu'ils aient des enfants ou non, soient eux aussi concernés par ces changements, ces crises d'existence.

La force de ce roman, et la raison pour laquelle il m'a plu, est qu'il montre des adultes en quête d'eux-mêmes. 
J'avais justement peur que les personnages sont ennuyants et plats, c'est en fait tout le contraire !
Tous les protagonistes ont leurs questionnements: Sadie utilise Twitter à longueur de journée pour y raconter sa vie, son mari Ralph ne sait plus où il en est, Miriam ne sort plus de chez elle...

Un roman qui fait du bien, et qui permet aux plus jeunes de relativiser: 
on peut à tout âge se sentir perdu, tomber follement amoureux, changer de vie !

dimanche 4 septembre 2016

Le choix de Rudi de Françoise Dargent

"Mais je n'avais jamais pensé que je puisse être amoureux de lui. 
Plaire n'est pas aimer."

p.218

Le choix de Rudi de Françoise Dargent
sortie en août 2015, éditions Hachette
15,90 €, 352 pages, ISBN: 978-2-01-204442-5
Service de presse

Synopsis:

Quand il ne va pas à l'école, Rudi danse.
Quand il danse, il vit.
Alors il danse, et il ne pense qu'à cela.
Il oublie qu'il n'est pas libre dans son pays, l'Union Soviétique.
Il oublie qu'être danseur n'est pas un métier aux yeux de son père.
Il oublie la misère et il résiste.
Il prend des cours en cachette.
Il est doué. Mais aussi rebelle.
Un peu trop au goût des adultes.

Pour devenir danseur étoile, il va devoir se battre.
Pour devenir le meilleur, il va devoir s'enfuir.

Un roman inspiré de l'adolescence de Rudolf Noureev, le plus grand danseur du XXe siècle.

Mon avis:

J'ai reçu ce roman dans le cadre du jury du prix "Premier roman Je Bouquine/Cultura".

Le choix de Rudi est une fiction biographique sur le célèbre danseur russe Rudolf Noureev (1938-1993).
Françoise Dargent nous raconte la vie de Rudi, de sa difficile enfance à la fin de son adolescence, époque où sa carrière débute, après de nombreux sacrifices et un saut vertigineux dans l'inconnu...

C'est une biographie romancée, destinée à un jeune lectorat, certes, mais non moins bien documentée ! 
C'est dans la postface que l'auteure nous explique le travail de recherche qu'elle a effectué pour écrire ce roman: rencontre avec des amis de Rudolf Noureev, documentation...
C'est un récit de qualité que nous offre Françoise Dargent: émouvant, sensible, plein de rebondissements et d'aventure.

J'ai tout de même un petit bémol concernant le style de l'auteure, car il manque assez régulièrement les négations dans les phrases, que ce soit des descriptions ou des dialogues. 
Par exemple, page 97: "En Sibérie, il a pas besoin de chaussons. Dans un camp de travail, la danse est pas au programme."
Ce n'est heureusement pas systématique, mais cette marque d'oralité rend les phrases bancales, enfantines, et enlève à l'intrigue la profondeur et l'importance historique qu'elle mérite.

Pour autant, ce roman véhicule un puissant message: il faut prendre sa liberté pour l'avoir !

Un roman jeunesse qui transmet une magnifique leçon de liberté et de vie par le biais de l'art de la danse et d'un de ses meilleurs représentants: Rudolf Noureev !