src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

mercredi 17 août 2016

Les fleurs du mal de Baudelaire - Inspirations littéraires Clémentine Beauvais #1


"Là, tout n'est qu'ordre et beauté, 
Luxe, calme et volupté."
 L'invitation au voyage


Les fleurs du mal de Baudelaire
parution en 1857 et 1861, édition actuelle: Hachette éducation
316 pages, 3,50 €, ISBN: 978-2-01-161236-6

Synopsis:

Avec Les Fleurs du Mal, Baudelaire nous invite à entrer dans un univers personnel bouleversant car il révèle et met au jour ce qui nous habite ou nous hante. On y rencontre des personnages fascinants et inquiétants, des réalités sublimes et des choses abominables, on y est mené "tantôt très haut" et "tantôt très bas", on y passe par toutes les émotions les plus intenses qu'il soit possible d'éprouver : la haine et l'amour, la joie et la dépression mélancolique, l'exaltation de l'Idéal et l'accablement du Spleen. La lecture de ce "maudit livre" est une véritable aventure, une expérience intérieure, un drame en cinq actes qui commence par une naissance et finit par la mort. Dans ce théâtre de la cruauté et de la beauté, le lecteur devient spectateur passionné d'une scène intérieure où s'affrontent des personnages conceptuels : jamais la poésie lyrique n'aura été aussi dramatique...

Mon avis:

A l'occasion de la sortie le 24 août du nouveau roman en vers libre de Clémentine Beauvais, Songe à la douceur, j'ai décidé de parler sur le blog des inspirations de cette auteure. Pour plus d'informations concernant ce projet, je vous invite à lire mon post Facebook à ce sujet, en cliquant ici

Je commence cette semaine poétique par Baudelaire, car Clémentine Beauvais s'est inspirée pour le titre de son roman du poème L'invitation au voyage. Une entrée en matière qui j'espère vous plaira...

Vous connaissez sûrement ou avez entendu parler de Charles Baudelaire pour son fameux spleen, un sentiment qu'il exprime dans plusieurs poèmes de son recueil Les fleurs du mal.

Ce poète est une inspiration pour de nombreux artistes: 

-des auteurs, comme on le voit avec Fabrice Colin ou Clémentine Beauvais qui se sont inspirés de "L'inspiration au voyage" pour le titre de leurs ouvrages (Le pays qui te ressemble pour le premier et Songe à la douceur pour la seconde), 


- des chanteurs, comme Léo Ferré, qui ont mis en chansons des poèmes de Baudelaire (ci-dessous "L'invitation au voyage" par Léo Ferré),


- ou encore des peintres, comme Matisse et son tableau "Luxe, calme et volupté" (1904) d'après le refrain du poème L'invitation au voyage.



Les textes ci-dessous m'ont plu dès que je les ai découverts, grâce au vocabulaire utilisé, grâce à la musicalité du poème qui a résonné en moi. Des phrases restent en tête comme des sucreries qui ne finissent jamais, parfois amères, parfois trop douces. Les rimes sont magnifiques malgré la sombreur et le caractère tragique de ce recueil. 

J'ai sélectionné pour vous quelques poèmes qui m'ont particulièrement marquée et que je relis souvent (j'ai comme objectif d'en savoir quelques-uns par cœur, mais ce n'est pas gagné !).




L'invitation au voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.



 Réversibilité par Jean-Louis Murat 
(une version que je trouve vraiment magnifique !)

Réversibilité

Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse,
La honte, les remords, les sanglots, les ennuis,
Et les vagues terreurs de ces affreuses nuits
Qui compriment le cœur comme un papier qu'on froisse ?
Ange plein de gaieté, connaissez-vous l'angoisse ?

Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine,
Les poings crispés dans l'ombre et les larmes de fiel,
Quand la Vengeance bat son infernal rappel,
Et de nos facultés se fait le capitaine ?
Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine ?

Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres,
Qui, le long des grands murs de l'hospice blafard,
Comme des exilés, s'en vont d'un pied traînard,
Cherchant le soleil rare et remuant les lèvres ?
Ange plein de santé, connaissez-vous les Fièvres ?

Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides,
Et la peur de vieillir, et ce hideux tourment
De lire la secrète horreur du dévouement
Dans des yeux où longtemps burent nos yeux avides ?
Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides ?

Ange plein de bonheur, de joie et de lumières,
David mourant aurait demandé la santé
Aux émanations de ton corps enchanté ;
Mais de toi je n'implore, ange, que tes prières,
Ange plein de bonheur, de joie et de lumières !

Félix Bracquemont (1857) pour Les fleurs du mal
Source: Pinterest




 Ciel brouillé

On dirait ton regard d'une vapeur couvert ;
Ton œil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert ?)
Alternativement tendre, rêveur, cruel,
Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel.

Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés,
Qui font se fondre en pleurs les cœurs ensorcelés,
Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord,
Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort.

Tu ressembles parfois à ces beaux horizons
Qu'allument les soleils des brumeuses saisons...
Comme tu resplendis, paysage mouillé
Qu'enflamment les rayons tombant d'un ciel brouillé !

Ô femme dangereuse, ô séduisants climats !
Adorerai-je aussi ta neige et vos frimas,
Et saurai-je tirer de l'implacable hiver
Des plaisirs plus aigus que la glace et le fer ?



J'espère que cet article vous aura plu ! 



4 commentaires:

  1. Article très intéressant, et ayant adoré Songe à la douceur je suis contente de découvrir les œuvres qui ont inspiré Clémentine Beauvais :) !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, je suis heureuse que ce projet te plaise ! :)

      Supprimer
  2. Un article super intéressant même si j'ai eu un haut le cœur avec l'invitation au voyage, que j'ai analysé à l'université dans tous les sens, je ne sais plu le voir xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je comprends, à un moment il n'y a plus aucun plaisir si tu l'as trop travaillé ! :D

      Supprimer