src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

jeudi 21 avril 2016

Ma fugue chez moi de Coline Pierré



Ma fugue chez moi de Coline Pierré
sortie le 9 mars 2016, éditions Le Rouergue (Doado)
10,20 €, 116 pages, ISBN: 978-2-8126-1052-3
Service de presse



Synopsis:

Pourquoi les décisions qui nous font du bien rendent-elles les autres tristes?

Anouk, 14 ans, cheveux châtains et lunettes rouges, a fugué quelques jours avant les vacances de Noël. C'est du moins ce que croit sa famille. La police enquête, son père et sa sœur placardent partout des avis de recherche sur les murs de la ville et sur Facebook.
Mais, en vérité, Anouk n'est pas une aventurière. Et puis il fait si froid dehors, en décembre. Alors elle a trouvé une bien meilleure idée, aussi improbable et étrange soit-elle...

Mon avis:

Merci aux éditions du Rouergue pour cet envoi !

Anouk, victime de harcèlement scolaire, décide de fuguer. Sauf qu'il fait froid et qu'elle n'a nulle part où dormir... Elle va alors décider de s'enfermer au plus proche de sa famille mais dans la discrétion la plus totale: dans son grenier. Dans ce véritable bunker, Anouk entend tout, mais son père et sa sœur, qui habitent juste en-dessous, n'en savent rien.
Une manière de disparaître totalement tout en assistant aux effusions qu'ont provoqué sa disparition, une manière d'être plus proche de soi-même sans avoir à se montrer aux autres.

Anouk est un personnage que j'ai trouvé très tendre, très attachant.
Elle est passionnée par ce qu'elle entreprend (la musique, le dessin), et à la fois révoltée et déterminée à faire entendre sa tristesse et sa douleur au reste du monde...
En plus de son dialogue intérieur, de ses interrogations sur sa fugue, sur ce qui s'est passé dans sa famille, le lecteur a droit à une foule de petits détails que j'ai trouvés croustillants et très agréables à imaginer, sur les moyens qu'Anouk met en place pour se ravitailler, s'occuper de son grenier, et de quelle manière elle profite de la maison lorsque son père part travailler...


Mais le plus important dans ce roman, c'est la famille: Anouk se sent abandonnée par son père, pas très disponible, mais surtout de sa mère, partie il y a des années pour son travail au Pôle Nord. Sa jeune sœur est son seul "espoir", sa seule source de réconfort, mais elle est en internat la semaine.
Dans ce grenier d'où elle entend toutes les conversations de son père et de sa sœur, leurs allées et venues, les moyens mis en place pour la retrouver, elle se reconstruit et comprend mieux sa famille.

Sa situation m'a fait penser au film "Vice-Versa", car Anouk est proche de Riley sur le plan psychologique: toutes deux sont bouleversées et déboussolées, confrontées à une perte de repères, un sentiment de solitude...
Dans Vice-Versa, les émotions sont personnifiées; dans Ma fugue chez moi, elles sont mises en évidence par la solitude de la jeune fille, et la réflexion sur les motifs de son "évasion". C'est donc au lecteur de les décrypter.
Mon ressenti sur le film et le roman est similaire: une impression de douceur s'en échappe, ainsi qu'une légèreté et un humour qui font la beauté de ces œuvres, et accompagnent la douleur de quitter l'enfance dans de grandes turbulences.





Ma fugue chez moi est un roman lumineux, doux, qui relate un moment difficile dans l'apprentissage de la vie: l'acceptation de sa famille, la prise d'indépendance... 
Une très belle lecture !

7 commentaires:

  1. Ooh j'adore cette maison d'édition, et ce livre me fait bien envie !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toujours de très bons romans au Rouergue ! :D

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas du tout ce roman, et tu me donnes bien envie de le découvrir^^

    RépondreSupprimer
  3. Tu me donnes bien envie de le découvrir ! Je ne connaissais pas du tout :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me fait plaisir, j'espère que cette lecture te plaira ! ^^

      Supprimer
  4. Merci pour la découverte, ta chronique est super ! ça me donne envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer