src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

vendredi 28 août 2015

Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

"C'est ce que j'aime dans la lecture. Un détail minuscule attire votre attention et vous mène à un autre livre, dans lequel vous trouverez un petit passage qui vous pousse vers un troisième livre. Cela fonctionne de manière géométrique, à l'infini, et c'est du plaisir pur."



Auteur: Mary Ann Shaffer et Annie Barrows
Edition: 10/18
Année de parution: 2011
Nombre de pages: 411
Prix: 8,80 €
ISBN:978-2-264-05351-0

Synopsis:

1946, alors que les Britanniques soignent les blessures de guerre, Juliet Ashton, écrivain en manque d'inspiration, entreprend une correspondance avec les membres attachants d'un cercle de Guernesey. De confidences en confidences, la page d'un nouveau roman vient de s'ouvrir pour la jeune femme, peut-être aussi celle d'une nouvelle vie...

Mon avis:

Après avoir entendu parler des centaines de fois de ce roman, et étant fan de romans épistolaires (Love letters to the dead, Hier tu comprendras) j'ai décidé de le lire enfin, un jour où je voulais quelque chose de léger, de reposant, qui change les idées. 
C'est exactement cela! 

Bien que j'adore ça, c'était la première fois que je lisais un roman épistolaire où les lettres se croisent, se mélangent, et où autant de personnages s'écrivent. C'est un sacré défi d'écrire un roman ainsi construit, à quatre mains qui plus est... 

Deux, trois lettres, que je qualifierai d'introduction, nous présentent Juliet Ashton, qui correspond avec son éditeur et meilleur ami, dans un Londres en reconstruction après l'Occupation. Cette jeune écrivaine en manque d'inspiration reçoit un jour une lettre d'un habitant de l'île de Guernesey, qui lui parle de son roman, et lui raconte l'histoire du Cercle littéraire de Guernesey. 
C'est alors que Juliet se passionne pour ce récit, et se met à correspondre avec le reste des membres de ce Cercle, qui lui racontent leurs histoires, leurs souvenirs, leurs lectures... Un lien d'amitié puissant se lie entre eux.
Cette découverte va bouleverser sa vie, lui offrir une nouvelle famille, un nouvel univers.

Écrit avec beaucoup d'humour, de dérision, et d'intelligence, on passe d'une lettre à l'autre, d'un personnage à un autre, un peu perdu au début, puis rapidement emporté par ce tourbillon de souvenirs, d'amour, de tristesse... 

Le caractère épistolaire permet une relation privilégiée entre le lecteur et les personnages: on les sent vivre, rire, parler, et l'on capte toutes les nuances de leur personnalité. J'ai été emportée par ce roman, par Juliet, Dawsey, Kit... Autant de personnages loufoques, attachants, qui se dévoilent peu à peu, de lettres en lettres, avec leurs blessures de guerre, de cœur... 
Car l'Histoire, celle de l'occupation des îles anglo-normandes par les nazis et des persécutions menées, se mêle sans cesse à l'histoire personnelle de chacun des protagonistes, qui sont décrits avec richesse dans leurs habitudes amusantes, ou agaçantes...
C'est avec beaucoup d'humanité que les auteures traitent leurs personnages, et le lecteur ressent une empathie immédiate pour la plupart d'entre eux! 

Enfin, le rapport à la lecture et à l'écriture, y est décrit comme un véritable remède à la mélancolie, ce qui ne peut manquer d'enthousiasmer les accros aux livres! 

Ce roman, tout en abordant des sujets graves et touchants comme le deuil, la Shoah, et la résistance,  illustre parfaitement les bienfaits de la "bibliothérapie"! Des personnages lumineux, une histoire poignante, et une plume légère et élégante, sont les ingrédients de ce coup de cœur! 


Concernant la bibliothérapie, je vous conseille l'article du magazine Paulette n°23 de ce moi-ci, qui s'intitule "Lectures sur ordonnance" et qui évoque notamment l'émission de France Inter "Remède à la mélancolie" d'Eva Bester, que j'aime beaucoup écouter. :)
 


mardi 25 août 2015

Janis est folle d'Olivier Ka

"Cette vibration, tout autour de moi, modifie mes actes et leurs conséquences. Ou plus précisément, elle annihile la gravité des choses. Rien n'a d'importance, dans ce monde-là. Voilà où elle se trouve, ma mère, depuis si longtemps. Dans une dimension où les agissements n'ont aucune répercussion."
p.117


Auteur: Olivier Ka
Edition: Le Rouergue Jeunesse
Année de parution: Septembre 2015
Nombre de pages: 264
ISBN: 978-2-8126-0930-5
Prix: 14 €
Service de presse


Synopsis:

"Ma mère est folle.
Je le dis simplement, comme j'aurais pu faire remarquer qu'elle est petite, qu'elle a les yeux bleus ou les ongles courts. Ma mère est folle, elle a toujours fait des choses bizarres, hors de propos. Elle n'est pas malade, non. Elle n'est pas atteinte d'une folie qui se guérit. Elle est seulement décalée par rapport au monde dans lequel elle évolue. Elle n'est pas au même rythme. Elle vit à contretemps."

Titouan l'aime plutôt, cette vie chaotique que lui fait vivre sa mère, jamais plus de trois mois dans le même lieu. Sauf que cette fois-ci, il commence à avoir peur. En fuite dans leur vieille Volvo break, sans fric, Titouan et Janis foncent sur des routes paumées. Pour trouver quoi, au bout de leur cavale?
Un roman d'amour et de folie, à dévorer à toute vitesse.



Mon avis:

Un grand merci aux éditions du Rouergue pour cet envoi! 

Ce roman m'a immédiatement attirée : le thème de la folie, la relation mère/fils... Je voulais vraiment le lire, découvrir comment l'auteur a traité ce sujet délicat.
Janis est folle fait partie de ces romans qui sont compliqués à chroniquer, car l'analyse n'est pas immédiate.


La première chose que je peux en dire, c'est que c'est un roman fort en émotions et perturbant : on se pose continuellement des questions, car on ne peut jamais savoir comment Janis va réagir, même lorsque tout semble parfait. 
Elle n'est pas fiable car elle change tout le temps d'avis et voit le danger partout sans s'expliquer, mais c'est ce qui la rend attachanteElle n'a pas la même logique que nous et pourtant, on a quand même l'impression que tout est lié, et qu'elle a un but... En particulier, elle cherche à protéger son fils.

L'ambiance est celle d'un thriller psychologique : le danger est partout, et surtout, il est créé par les personnages eux-mêmes.

Plusieurs fois pendant la lecture, j'avais peur avec Titouan, je ne savais comment allait évoluer l'histoire : tout peut arriver! 
Bien que des indices soient glissés ici et là, cette cavale, mi fuite mi quête de la vérité, est poignante, et la plume d'Olivier Ka nous immerge magnifiquement bien dans l'esprit souvent tourmenté de Titouan.

Le narrateur est un personnage spécial : il a en fait deux rôles auprès de sa mère. Il peut paraître vraiment adulte lorsqu'il doit prendre la situation en main, quand il doit sauver sa peau et se tirer de situations délicates. Mais il bascule avec une rapidité troublante de "l'autre" côté : on sent la peur, l'incompréhension monter en lui lorsque sa mère prononce des paroles sans queue ni tête, qu'elle prend une décision brusque. Il redevient alors petit garçon, prêt à tout pour suivre sa mère, et prêt à tout pour la comprendre...

Le plus troublant est de sentir les vagues dans l'esprit de Titouan : il peut être sur la même longueur d'onde que nous, puis d'un coup se retirer vers un monde inconnu, et pourtant terriblement tentant : celui de sa mère, où tout est permis. Alors, on le suit, on veut savoir où il se trouve dans cette course effrénée.

Ce roman doit être lu. Vous devez le lire, vous devez connaître l'histoire angoissante mais néanmoins belle de Janis et Titouan. 
Ce livre est différent, car il traite d'un sujet lui-même différent : rien n'est rationnel dans le monde vers lequel nous entraîne l'auteur. C'est un monde à part, et ce livre est une porte qui s'ouvre sur ce monde. Un univers différent, mais pas si déconnecté du nôtre tout compte fait.


P.S:

Le personnage de Janis m'a beaucoup fait penser au personnage du fils dans le film "Mommy" de Xavier Dolan. 
Je vous conseille fortement ce film!



samedi 22 août 2015

Les Hauts de Hurle-Vent d'Emily Brontë



Auteur: Emily Brontë
Edition: Ebooks libre et gratuits
Année de parution: 2011


Synopsis:

Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s'approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.
Mon avis: 

Ceci est une lecture commune avec Honorine du blog Le Blog-Livre d'Honorine. :)

Ce roman est un classique que je voulais lire depuis longtemps: j'ai profité d'une lecture commune pour le faire. 
J'étais motivée pour le lire, mais ce fut une lecture mitigée.

Premièrement, je l'ai lu sur ma liseuse, donc je n'avais pas mes repères des livres papier: je ne pouvais pas toucher les pages, savoir combien de pages et de chapitres il me restait facilement, etc.

Deuxièmement, comme c'est un roman d'une autre époque, le style d'écriture, les références, le vocabulaire..., beaucoup de choses sont différentes de mes lectures habituelles, il m'a donc fallu un petit temps d'adaptation!

Puis l'histoire m'a paru compliquée, lente, et il est difficile de s'identifier aux différents héros proposés.

La narration, tout d'abord, fut un premier obstacle. J'avais du mal à savoir qui parlait au début, quelle époque le narrateur évoquait, car on navigue entre de nombreux moments différents de la vie de la famille Earnshaw.  
Lors de la majeure partie du roman, c'est Hellen Dean, une nourrice qui a servi toute la descendance de cette famille qui raconte leur histoire. C'est un bon choix, et c'est une des choses que, au final, j'ai préférée dans ce roman: car ce personnage a tout vu, tout entendu, et elle apporte un regard extérieur et global sur cette famille.

Concernant l'histoire, c'est celle d'une famille qui se retrouve divisée lorsque M.Earnshaw adopte Heathcliff: ce dernier est rejeté par les autres enfants, et gardera cette haine toute sa vie, ne souhaitant qu'une chose: se venger. Comme vous pouvez vous en doutez, ce personnage est infect, et odieux.  
Mais le problème, c'est que les autres personnages ne sont pas plus attachants que lui!
Certes, ils sont très travaillés et complets: leur histoire et leur psychologie sont complexes. Il faut dire que la vie au XIXème siècle, sur des terres balayées par les vents du nord, n'est pas de tout repos...
Malgré le cadre mystérieux des Hauts de Hurle-Vent, je n'ai pas réussi à apprécier ce roman. 


Vous l'aurez compris, je suis déçue par cette histoire compliquée, que je n'ai pas réussi à trouver intéressante.
Cependant, je pense que je la relirai dans quelque temps, en version papier et en espérant avoir un meilleur ressenti!
Je ne peux que vous conseiller de la lire, pour vous faire un avis personnel. :)

mercredi 19 août 2015

Nous les menteurs d'Emily Lockhart

« Quand le sang coulait sur mes pieds nus ou sur le livre que j’étais en train de lire, il se montrait déjà aux petits soins pour moi. Il entourait mes poignets de bandes de gaze blanche et me posait des questions sur ce qui s’était passé. (…) Comme s’il fallait s’intéresser aux blessures pour mieux les guérir. »



 


Auteur: E. Lockhart
Edition: Gallimard Jeunesse
Année de parution: 2015
Nombre de pages: 273
ISBN: 978-2-07-066313-2
Prix: 14,50 €

Synopsis:

Une famille belle et distinguée.
L'été. Une île privée.
Le grand amour. Une ado brisée.
Quatre adolescents à l'amitié indéfectible,
les Menteurs.


Mon avis:

Les Sinclair: une famille américaine richissime, brillante de l'extérieur, dévastée en réalité par de multiples secrets et un héritage disputé.
Chaque été, la famille se regroupe sur une île privée paradisiaque, Beechwood Island. 
Au centre de l'histoire, il y a les Menteurs: Mirren, Johnny, Cat, et la narratrice, Cady.
Cette dernière est victime d'une amnésie sélective et de violentes migraines à la suite d'un été passé sur l'île dont elle n'a aucun souvenir.
Lorsqu'elle retourne sur l'île deux ans plus tard, elle veut absolument découvrir la vérité.

J'avais beaucoup d'attente sur ce roman, et je l'ai dévoré en quelques heures seulement. 
Tout me semblait parfait: malgré les nombreux clichés sur les déboires des ados américains, les Sinclair apparaissent rapidement non pas comme une famille parfaite, mais comme pourrie de l'intérieur: les parents qui font intervenir les enfants pour avoir la meilleure maison, l'alcool comme seule consolation...
Les personnages dans leur ensemble m'ont semblé simples, agréables, bien qu'ils ne soient pas très étoffés et assez stéréotypés.
Une exception cependant: la psychologie de Cady, le personnage principal, est extrêmement travaillée et sa situation complexe la rend mystérieuse et attachante. J'ai été touchée par sa souffrance, ses pertes de mémoire, et ses efforts pour la retrouver surtout.
A cela s'ajoute un sentiment de malaise, tout au long de la lecture, que l'on ne comprend pas et qui nous tient en haleine jusqu'à la fin.

Puis, retournement de situation: des révélations sont faites, et elles changent énormément la donne.
Le récit est un mélange de flash-back et de présent, mais les révélations m'ont fait douter. Où en étais-je? Me serais-je emmêlé entre passé et présent?
En fin de compte, rien de tout cela. Juste une intrigue et un dénouement douteux, mal mis en place, et qui perd le lecteur.
Cela a vraiment perturbé la fin d'une lecture pourtant enthousiaste et troublante.

"Mirren est le sucre, la curiosité et la pluie.
Johnny est la vitalité, la persévérance et le sarcasme.
Gat est la contemplation et l'enthousiasme. L'ambition et le café noir."

Ceci est mon premier avis. Car après réflexion, ce retournement de situation n'est pas sans signification.
En effet, tout au long du roman, l'auteure insiste sur le fait que cette île est coupée du monde, que pendant le reste de l'année les Menteurs ne cherchent pas à se revoir ou à se contacter. Cette île paradisiaque est donc un lieu éloigné de tout, et surtout loin de la réalité.
Prenons maintenant le titre, "Nous les menteurs". Ce titre, et le nom que s'est donné le groupe de cousins, a plus d'importance que l'on ne le croit au début: c'est véritablement la clé du roman.
Car ce roman est un mensonge, une illusion
Tel un huis clos, Cady se retrouve enfermée sur cette île, seule avec ses migraines, sa douleur et ses souvenirs qu'elle s'efforce de se remémorer. Elle est entouré de mensonges et a le plus grand mal à s'en dépêtrer. 

Mon avis reste partagé. Ce roman est plus complexe que je ne l'ai cru au début; ce moment d'incompréhension altère un enthousiasme affirmé, tout autant qu'il rend plus riche la lecture.
Je vous conseille vraiment de lire "Nous les menteurs", car il y a beaucoup de choses à en tirer, à analyser!
Pour conclure, c'est une lecture troublante, fascinante, déroutante.

dimanche 2 août 2015

Bilan du mois de juillet 2015

(photo provenant du blog 1 blog 1 fille)

Ce mois-ci, j'ai lu 6 livres, ce qui fait 2050 pages lues.

http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2015/07/quatre-filles-et-quatre-garcons-de.htmlhttp://etincellesdeplume.blogspot.fr/2015/07/romeo-et-juliette-de-shakespeare.html



Pile à Lire du mois d'août:

Je piocherai dans ma pal de l'été sur trouvant ici, dans le Challenge de l'été.



Voici un nouveau rendez-vous que j'ai décidé d'inclure dans le bilan du mois, comme beaucoup d'autres blogueuses. J'espère qu'il vous plaira! :)

Le concept: 

"Voici un nouveau rendez-vous pour compléter mon bilan du mois. Il s'agit de faire un choix, juste un, d'où le titre, parmi plusieurs catégories. Cela permettra peut-être de donner encore plus envie aux lecteurs de  découvrir l'ouvrage en question." Sur le blog de Louve. (Pris sur le blog de Léa

1. Un roman coup de cœur 



Quatre filles et quatre garçons de Florence Hinckel est un roman magnifique, qui transmet énormément d'émotions et qui traduit avec justesse les sentiments des adolescents.

2. Un univers 



L'univers de Janis est folle d'Olivier Ka, pour ses personnages inhabituels, et son voyage initiatique dérangeant.

3. Un personnage 


Mehdi dans Quatre filles et quatre garçons, pour son côté rêveur et différent.


4. Un couple



Le couple d'Helen et Chris dans Cher inconnu, pour leur évolution, la complexité de leurs rapports, et la façon dont le traite l'auteure.


5. Une histoire



Janis est folle, encore une fois, car l'histoire est profonde et touchante.

6. Une déception 

Pas de déception ce mois-ci!

7. Une émotion

http://etincellesdeplume.blogspot.fr/2015/07/romeo-et-juliette-de-shakespeare.html

L'émotion qui se dégage des tirades et dialogues de Roméo et Juliette est magique.


8. Un époux

Je reste célibataire. ^^


Voilà, j'espère que cette combinaison bilan du mois-just one vous aura plu! :)

Les chroniques des 3 derniers romans que j'ai lu seront bientôt en ligne (on y croit!), mais il est vrai qu'en vacances je consacre moins de temps à l'écriture de mes chroniques qu'en période scolaire...


Belles lectures et bon mois d'août!