src="http://www.websiteribbon.com/banner.gif " alt="banner ad"

vendredi 28 février 2014

Saga: La quête d'Ewilan - D'un monde à l'autre; Les frontières de glace; L'île du destin - de Pierre Bottero


Souffle d'une lame dans la nuit
Danger qui rôde
Comme une onde de plaisir
(p.244, tome 2)



( image provenant du blog Les livres d'Asilis )

Synopsis: Tome 1: Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea
au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l'empêcha de fermer les yeux et elle n'eut pas le temps de crier...Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d'arbres immenses. 
-Te voici donc, Ewilan. Nous t'avons longtemps cherchée, mes frères et moi, afin d'achever ce qui avait été commencé, mais tu étais introuvable...

Tome 2: Les bras de la goule se refermèrent sur Camille qui poussa un cri de détresse. Un froid terrible la saisissait, figeant ses membres et menaçant de faire exploser son coeur.
Camille avait si froid qu'elle aurait hurlé si elle en avait encore été capable. Elle ne sentit pas des bras l'envelopper dans des couvertures, la frotter, la masser. Il faisait froid. Vraiment trop froid.

Tome 3: Il s'agissait d'un loup assez jeune, au torse puissant et aux crocs
impressionnants. Assis sur ses pattes arrière, il les observait avec curiosité, sans une once de crainte. Camille marcha dans sa direction. Il ne lui prêta pas une attention particulière, mais, quand elle ne fut plus qu'à deux mètres de lui, il montra les dents et se mit à grogner. Elle s'immobilisa. Recule, lui ordonna Edwin à mi-voix. Sans tenir compte de ses paroles, Camille s'accroupit lentement, regardant le loup dans les yeux

Mon avis: Cette trilogie était dans ma pal depuis un ou deux ans; je l'avais commencé il y a quelques temps, mais très vite j'avais décroché. Par la suite, une amie m'en a beaucoup parlé, et je me relancé à l'assaut de ce monde fantastique. Cette fois, je ressors émerveillé de ma lecture et désireuse de lire la suite!

Nous rencontrons Camille, une ado de 13 ans, qui est surdouée mais, surtout, qui a été adoptée par une famille bourgeoise qui ne l'aime pas... Puis, il y a Salim, son meilleur et seul ami, qui est l'opposé de Camille: il n'aime pas l'école, et vit dans une cité. 
Dès le début du roman, notre personnage principal découvre, à la suite de deux évènements, qu'un monde parallèle existe, Gwendalavir, et qu'elle en est originaire. Grâce à cela, elle peut effectuer le "Pas sur le Côté", c'est-à-dire se déplaçait de notre monde à Gwendalavir, mais aussi, elle possède le "Don du Dessin", la faculté de rendre réelle des objets en se rendant dans les Spires. 
Va alors commencer la fameuse quête: celle de retrouver ses parents,  de libérer les Sentinelles, de libérer Gwendalavir. Dans cette quête, Salim, et quelques autres personnages de cet autre monde, vont l'accompagner, l'aider, évoluer ensemble.

Il y a ce monde inventé, accompagné de ces monstres, de ces peuples, de ces descriptions d'endroits fantastiques et magnifiques... Tout est expliqué de manière simple et explicite, on imagine tellement bien les paysages et les villes comme Al-Jeit!

Ensuite, les personnages. Ils sont nombreux, et très souvent de nouveaux font leur apparitions. Il y a une sorte de noyaux de personnages qui restent du début à la fin, et à la fin de la trilogie, on les connaît par cœur, leurs habitudes, leurs personnalités... Ils sont tous attachants! 
Et, du coup, d'avoir de nouveaux personnages qui arrivent, qui repartent, ça aèrent et ça fait du bien!

De Pierre Boterro, je n'avais lu jusque là que "Zouck", qui avait été un coup de cœur, bien évidemment. J'avais donc beaucoup aimé le style de l'auteur, sa plume... Et, avec "La quête d'Ewilan", il devient un de mes auteurs préférés! ♥ 

Pour conclure, dans ces romans, tout est peaufiné, le monde inventé, les personnages, l'intrigue; et, bien sûr, l'auteur, sa plume,  bref, LISEZ-LES!  


Auteur: Pierre Bottero
Edtions: Rageot Romans
Genre: Fantastique, Jeunesse
Nombre de pages: Tome 1: 281 Tome 2: 314 Tome 3: 316




lundi 17 février 2014

C'est lundi que lisez-vous? [11]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée d
It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

Ce que j'ai lu cette semaine:

 

Ce que je lis en ce moment:


Ce que je vais lire après:


Et vous, que lisez-vous?

Bonne semaine!

samedi 15 février 2014

Sur la tête de l'amour de Boris Lanneau



Synopsis: Un quartier HLM. Il y a Aswad, toujours au mic, MC respecté de tous, à l'ambition XXL ; et Sam, silencieux comme des baskets sans marque et qui écrit dans le noir. 
Dans une semaine, le battle rap opposera tous les acharnés des mots. 
Mais plus fort que la musique, entre Sam et Aswad, il y a le coeur de la belle Nora, qui bat pour les mots qu'elle aimerait tant pouvoir écrire, elle qui n'a d'yeux que pour Rimbaud. 
Alors, qui aura le dernier mot, le mic ou l'amour?

Mon avis: Dans ce roman, nous suivons le quotidien de trois jeunes: Aswad, Sam et Nora. Très vite, nous apprenons leurs principales traits de caractère. 
Le premier, Aswad, c'est le rappeur star de la cité, enflammant la scène de la MJC et faisant tourner les têtes des filles. Mais les textes qui font sa renommée ne viennent pas de lui.
C'est Sam, véritable dealer de rimes, qui lui écrit ses chansons. Ce jeune homme, pour une raison inconnue, ne parle pas. L'écriture est sa force, son arme: il noircit des pages de ses mots avant de les coller sur les murs de son appartement.
Ces deux profils sont assez différents, mais un lien les unit: la belle Nora. C'est la fierté de la cité et de se famille, en raison de ses excellents résultats scolaires. 
Sam et Aswad sont amoureux d'elle: l'un depuis la primaire et tente de se rapprocher d'elle et de l'amadouer par sa célébrité, l'autre tout en douceur et en poésie.

La ressemblance entre "Cyrano de Bergerac" et "Sur la tête de l'amour" est là: deux hommes amoureux de la même femme, l'un incapable d'écrire, l'autre qui n'a que ça pour survivre. Ici, il y a en plus la vie de la cité qui est décrite simplement et justement, avec une poésie présente tout au long du roman.

Un autre point positif est les relations entre les personnages: celle frère/sœur entre Youssef et Nora, ce besoin de protéger l'autre est vraiment adorable et touchant! Aussi, les deux amis Hein et Neken, eux-mêmes amis avec à peu près tous les personnages que nous rencontrons. Toujours souriant et sympathique, ils sont pleins de bonnes intentions et apportent un rayon de soleil dans ce roman!

C'est donc le premier livre de Boris Lanneau, rappeur sous le nom de l'INCONSCIENT. J'ai vraiment aimé son style d'écriture, qui est musical, rythmé... C'est très agréable à lire et il arrive à nous transporter dans son monde fait de mots et de notes de musique.
C'est aussi ce qui a sauvé ma lecture, car je n'ai pas tout de suite accroché, ne le lisant que par petits bouts. Par contre, vers le milieu, j'ai tout d'un coup vraiment aimé et je l'ai fini très vite! 

Un roman rythmé, écrit par un auteur qui a beaucoup de talent... Un COUP DE CŒUR! 

" Nora parcourt sa copie, tout ce rouge qui coule entre les lignes sous les majuscules majestueuses, les lettres rondes, et elle pense brusquement que quand elle écrit, elle écorche les mots, elle les fait saigner, comme un genou sur le goudron, comme une langue coupée aux ciseaux." p.31

Auteur: Boris Lanneau
Nombre de pages: 262
Editions: Sarbacane
Collection: Exprim'
Genre:  Jeunesse




lundi 10 février 2014

C'est lundi que lisez-vous? [10]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée d
It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

Ce que j'ai lu cette semaine:

  

Ce que je lis en ce moment:


Ce que je vais lire après: 


Et vous, que lisez-vous en ce moment? :)
Bonne semaine de lecture!

dimanche 9 février 2014

In my mailbox [5]


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren, inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie et repris en français par Lilie du blog La bibliothèque de Lilie
Aujourd'hui le récapitulatif des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir
C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Hier soir, on m'a prêté "La voleuse de livres" de Markus Zusak!
Je ne le lirais pas de suite, mais il sera en haut de la pile comme il ne m'appartient pas. 
J'en ai tellement entendu parler, j'espère qu'il va me plaire!


Et vous, qu'avez-vous reçu cette semaine?

samedi 8 février 2014

Mon plus grand combat de Flo Jallier


Merci aux éditions Sarbacane et à Claire pour ce premier service presse! 

Tara est championne de boxe française, ne pense qu'à ça et ne vit que pour ça. Le reste, elle a fait une croix dessus depuis longtemps. 
Malgré tout fragile, il suffira d'un changement de comportement d'une personne faisant partie de son décor pour que tout s'effondre. Elle prendra alors conscience du reste, de la vie, et d'elle-même, ce qu'elle est, outre la championne adulée. 

Le roman se découpe en deux parties. La première, centrée sur la boxe, les compétitions, les interviews auxquels Tara réponds en cinq minutes chrono, son père ultra-protecteur et sa mère désorientée, son ami Freddy qu'elle sous-estime...
Puis, la deuxième, "l'après", le moment où, enfin, quelqu'un l'aidera à sa déconnecter et à se maîtriser. Cette personne est formidable, c'est mon personnage préféré dans ce roman! Calme, zen, la personne-dont-je-ne-dirais-pas-le-nom va vraiment la transformer et saura lui faire retrouver celle qu'elle est.

Le seul point négatif de ce roman est les autres personnages: son père, sa mère, ses sœurs, son entraîneur, son ami Freddy... Je n'ai pas réussi à les "cerner", à me sentir proche d'eux. Il dois manquer un petit quelque chose pour qu'on les comprenne...

Ce que j'ai beaucoup aimé, c'est toutes les anecdotes sur la boxe. Découvrir d'autre sports, de nouveaux horizons, c'est aussi à ça que sert la lecture! C'est donc un "poing" fort pour le roman, car le sujet n'est pas effleurer: on plonge littéralement dedans! 

Un roman coup de poing, une écriture fluide et oral, qui a frôlé le coup de cœur! 

Flo Jallier
Sarbacane
Exprim'
238 pages


jeudi 6 février 2014

Will et Will de John Green et David Levithan


Synopsis: Will Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de coeur portent la poisse, tout le temps. Alors quand son meilleur ami, l'exubérant, très corpulent et très, très homo Tiny Cooper, fait tout pour le fourrer dans les bras de Jane, il se dit que cette fille est jolie, marrante et sympa mais... pas du tout son type. 

De l'autre côté de Chicago, un certain Will Grayson (rien à voir avec le premier !), se sent plus mort que vivant : il vient d'apprendre que celui qui le faisait fantasmer sur sa messagerie n'a jamais existé...


Mon avis:  

Je ne vais pas m'attarder sur l'histoire, car je risquerai de vous dévoiler trop de choses, juste vous parler des deux personnages principaux. 
Il y a Will Grayson et Will Grayson. Le premier ( ou le deuxième, peu importe), est hétéro et a un meilleur ami très gros, gay, et qui se lance dans une comédie musicale autobiographique. 
Le deuxième est dépressif, gay et fantasme sur une rencontre faite sur le net. 
Jusqu'au jour où... La force des choses les fait se rencontrer. Et c'est là que ça devient intéressant. Car, ce n'est pas seulement une rencontre entre les deux personnes, mais aussi entre l'entourage de ces deux personnes. Du coup, deux univers se confronte, et c'est juste... super.

Ce roman ne traite pas que de l'homosexualité, mais aussi et surtout de l'amour, des relations en générales, que ce soit entre ami(e)s ou mère/enfant.
Il provoque une grande vague de bonheur lors de sa lecture, c'est vivant, joyeux...
Les personnages, Will Grayson 1 et 2, Jane, Tiny Cooper, Gideon, Maura, avec leurs caractères, leurs choix (les bons et les mauvais), à la fin, on a juste envie qu'il existe en vrai! Voilà, tout simplement, ce roman est HUMAIN.

Je découvre aussi David Levithan et les romans écrit à quatre mains. David Levithan a un style particulier, il faut le temps de s'habituer, mais après j'ai beaucoup aimé! Tout simplement, il écrit sans majuscule et les dialogues sont écrits comme au théâtre. Exemple ( parce que je sens que je vais pas réussir à expliquer correctement :p ) :

"moi: si ça continue, on va mêler notre sang.
gideon: et faire des feux de camp.
moi: au fond du jardin." (p.363)

C'est vrai que, comme on alterne un chapitre sur deux l'écriture de John Green, l'écriture de David Levithan, c'est à chaque fois difficile de passer de l'un à l'autre, mais au bout d'un ou deux pages, on est dedans et c'est bon!

En bref, un roman vivant, humain, écrit par deux écrivains pleins de talents!

John Green et David Levithan
379 Pages
Gallimard Jeunesse 
Scripto







lundi 3 février 2014

In my mailbox [4]


In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren, inspiré par Alea du blog Pop Culture Junkie et repris en français par Lilie du blog La bibliothèque de Lilie
Aujourd'hui le récapitulatif des liens se fait sur le blog Lire ou Mourir
C'est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.

Samedi, je suis allée au salon du livre de Saint-Paul-Trois-Châteaux! J'ai rencontré plein d'auteurs, j'ai assisté à deux lectures, une de Marie Desplechin et une autre Didier Daeninckx. Bref, c'était super! Normalement, je vais faire un compte-rendu avec des photos itout itout, mais les photos ne passe pas sur mon ordinateur, c'est un peu galère, donc je vais demander à mon père comment faire mais si ça marche vous aurez demain le compte-rendu!
Vous imaginez bien qu'après un passage dans un salon du livre, notre PAL augmente... Et c'est mon cas!
A présent, la liste des livres que j'ai acheté!


Basha Posh de Charlotte Erlih, une auteure super sympa! C'est le prix Sésame 2014.

"Je ne veux pas me morfondre dans mon coin en maudissant le sort. Je n'aime pas ce rôle. Je vais donc continuer à me battre. Voilà mon identité : lutter. Mon identité, c'est de persévérer, non pas d'être un garçon ou une fille. Je suis moi. Et moi, je me bats. Ça ne me gêne pas de mourir. Mais seulement quand j'aurai tout tenté."

Elle vit comme un garçon, s'habille comme un garçon et passe, aux yeux de tous, pour un garçon. C'est une bâchaposh : une de ces filles élevées comme des fils dans les familles afghanes qui n'en ont pas. A la puberté, elle doit redevenir une jeune femme. Mais quand on a goûté à l'action et à la liberté, comment y renoncer ?


J'envie ceux qui sont dans ton cœur de Marie Desplechin. J'ai mis beaucoup de temps à choisir un de ces romans car j'en avais déjà lu plusieurs, et dès que j'en prenais un, elle me disait soit que ce ne me plaira pas, soit qu'elle n'était pas contente de ce qu'elle avait écrit. ^^

Assis derrière la réception de l'hôtel familial, Bartholomé s'ennuie à mourir et se demande s'il va devoir rester là toute sa vie, avec une liste de verbes irréguliers et la maigre satisfaction d'avoir tenu tête à son père en refusant de mettre une chemise blanche. La réponse est non, et pour deux raisons. Primo, dans quelques instants, une inconnue prénommée Hélène, va entrer et lui demander, en le vouvoyant, si elle peut utiliser le téléphone. Secundo, le maire du village a décidé de raser le petit bois pour y construire une base de loisirs. Sachant que Bartholomé est contre ce projet, et son père pour ; sachant qu'Hélène est prête à coller des affiches la nuit et que Bartholomé est en train de tomber amoureux d'elle, on peut se dire, raisonnablement, que la vie de Bartholomé va changer.


L'attrape-rêves de Xavier-Laurent Petit. Dès que j'ai vu la couverture et lu le résumé, je l'ai voulu! *-*

Louise vit au bout du monde, tout là-haut, dans une vallée belle et rude dont les rares habitants n'aiment pas se mélanger avec ceux " d'en bas ". Alors, quand un nouvel élève déboule dans la classe en cours d'année, Louise, comme les autres, pense à une erreur. Non seulement Chems n'est pas de la vallée, mais il est différent, avec ses cheveux longs, la couleur de sa peau, la vieille caravane dans laquelle il vit avec sa mère au milieu des bois... C'est cette différence que Louise trouve attirante. Elle est bien la seule. Pour les autres, comme son père, un étranger n'a rien à faire dans la vallée où le travail manque, où la scierie du coin bat de l'aile. Louise se sent coupée en deux. Mais Chems va prouver qu'il aime cet endroit comme s'il y était né. Quitte à le défendre au péril de sa vie.


Pleins feux sur scène  d'Hubert Ben Kemoun. Un auteur très marrant et sympathique, et un thème alléchant, je n'ai pas hésité!

Il y a les drames qui se jouent sur scène et que le public applaudit et ceux qui se trament en coulisses et donnent le frisson.
Aux répétitions du Cid de Corneille, Romain est Rodrigue et Sabine Chimène.
Mais c'est un autre feu que celui de leur passion qui couve autour d'eux. Celui de la jalousie et de la vengeance. Un incendie qui risque de tout faire basculer.


Louise du temps des cerises de Didier Daeninckx. 

  Au printemps 1871, le peuple de Paris se soulève et proclame la Commune. De nombreuses mesures sont alors décidées pour changer la vie des plus pauvres. Le père de la petite Louise est sur les barricades avec les Communards et sa mère soigne les blessés. Louise quant à elle, s’ envole dans les ciels de la capitale. Sa mission : apporter, au-delà des remparts parisiens, des nouvelles de ce grand rêve de justice en train de se réaliser.




Hiroshima, deux cerisiers et un poisson-lune d'Alain Serres et Zaü. J'ai rencontré Zaü, et il m'a fait une superbe dédicace à l'encre de chine! *-*

Yoko habite Hiroshima 
et, chaque année, la terrible histoire 
de la bombe A revient à son esprit ;
c'était le 6 août 1945, à 8h15.

La vieille Tsukiyo a survécu mais 
elle préfère parler des cerisiers, 
des grues et du poisson-lune.
Impossible qu'ils aient pu laisser une 
telle bombe tomber sur sa ville !
Yoko aime bien 
les histoires 
mais elle déteste 
quand on ment 
aux enfants.
Pour la première fois, 
elle ose le dire. 


Voilà! :)
A bientôt!

C'est lundi que lisez-vous? [9]


Rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspirée d
It's Monday, What are you reading ? de One Person’s Journey Through a World of Books. Le récapitulatif des liens se fait maintenant sur le blog de Galleane.

Ce que j'ai lu cette semaine:


Ce que je lis en ce moment:



Ce que je vais lire après:



C'est tout pour ce lundi! :) 
Bonne semaine livresque! 

dimanche 2 février 2014

Bilan du mois de janvier 2014



Le premier mois de 2014 s'achève, un mois qui, pour ma part, est passé vite. Je n'ai eu le temps de lire que 4 livres, mais je les ai tous appréciés, c'est l'essentiel! 
Je voulais aussi vous remercier, vous qui postez des commentaires, vous qui me suivez sur le page Facebook du blog, vous qui suivez le compte Twitter du blog, vous faites vivre le blog! Merci, merci infiniment! 
Je remercie aussi mes partenaires blogueuses ( elles se reconnaîtront :) ) , et les éditions Sarbacane qui ont placé leur confiance dans mon blog. Merci beaucoup!


Ce mois-ci, c'est


Le coup de cœur du mois est attribué à... 


Parce que ce roman est original, contemporain et que Vincent Villeminot écrit très bien.

Le deuxième coup de cœur est...

( j'ai rajouté grâce à un logiciel "John Green" en haut, mais sur la couverture le nom d'auteur n'est pas placé ainsi).
Parce que ce roman est bouleversant, rempli de découvertes, d'amitiés, d'amour... Et que John Green est incontestablement un grand auteur.

Deux excellentes lectures:


Parce que l'histoire est prenante, les personnages attachants, et que je vais bientôt lire les deux autres tomes que la quête d'Ewilan!

( j'ai rajouté grâce à un logiciel "John Green" en haut, mais sur la couverture le nom d'auteur n'est pas placé ainsi).
Parce que les personnages sont très sympa, qu'il y a des idées par milliers....


Et voilà, le bilan touche à sa fin, et j'espère que le mois de février sera plus riche en lectures! :)
Au mois prochain, et continuez de lire, encore et encore!


Qui es-tu Alaska? de John Green



Synopsis: Miles Halter a seize ans et n'a pas l'impression d'avoir vécu. Assoiffé d'expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles. Et de toutes les premières fois. C'est là aussi, qu'il rencontre Alaska. La troublante, l'insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

Mon avis: Miles Halter est un garçon timide et sans ami. Sa particularité? Lire les biographies et mémoriser les dernières paroles des personnages célèbres. C'est donc avec les dernières paroles de Rabelais qu'il va partir au pensionnat de Culver Creek, en quête d'un "Grand Peut-Etre" et désireux de connaître de nouvelles choses.

Sitôt arrivé là-bas, il va se faire des ami(e)s: le Colonel, son coturne, Lara, une jeune fille timide, Takumi, l'asiatique, mais, surtout, Alaska. La grande, la belle, Alaska, au passé sombre et indéfini. Impulsive, libre, lunatique aussi, c'est le moteur de l'histoire. Elle va initier Miles à nombre de "blagues", et, grâce à elle, il ne sera plus du tout, du tout le même qu'au début à la fin. 
Que ce soit pour le lecteur et pour Miles, le même phénomène se produit. On tente de la comprendre, de l'approcher, mais Alaska nous échappe toujours. Ce qui fait qu'elle est terriblement attachante. 

Dans ce roman, on plonge dans un cocktail de rencontres, d'amitiés, de fraîcheur, d'expériences, rythmés par un groupe d'adolescents aussi différents les uns que les autres, qui vont chacun évolués à leur manière. 

On a l'impression de vivre avec eux, dans ce pensionnat, de partager un plat de tortifrites avec Alaska...

Et, bien sûr, la plume de John Green... Terre à terre et rêveuse en même temps, c'est un délice de lire, et les dialogues sont fantastiques! 

Deux petites choses que j'adore dans les romans de John Green: comme dans "La face cachée de Margo", il y a la référence à un roman dont certaines phrases sont constructrices pour le roman. Dans "Qui es-tu Alaska?", "Le Général dans son labyrinthe" de Gabriel Garcia Marquez est à l'honneur avec les dernières paroles de Simon Bolivar: "Comment sortir de ce labyrinthe?"

Et la deuxième chose, c'est la décompte. L'AVANT, et l'APRES. Et le jour J, dont on ne se remet pas.

Et une petite dernière: je trouve que la couverture avec le labyrinthe et celle avec la marguerite sont très, très bien choisis.



Un roman bouleversant, excellent, fort en rencontre et en première fois, je ne l'oublierai jamais, jamais, jamais... UN COUP DE CŒUR pour terminer en beauté le mois de janvier! 

Auteur: John Green
Titre original: Looking for Alaska
Nombre de pages: 402
Editeur: Gallimard Jeunesse - Scripto
Genre:  Drame-Jeunesse